Association des Amis du Patrimoine Historique Turbomeca
Association des Amis du Patrimoine Historique Turbomeca

10, rue des Ecoles

64800 BRUGES

Téléphone : +33 784 09 33 68

Courriel:
contact@amis-turbomeca.com

Activités de l'association

Nous recherchons des volontaires pour nous aider dans nos activités.

Merci de nous contacter.

Si vous vous intéressez aux activités de la section de Tarnos, vous pouvez visiter leur site

Notre Almanach 2020

Un fait marquant de l'histoire de Safran Helicopter Engines / Turbomeca chaque mois !

  • Janvier: 1950, opération marketing aux Etats-Unis
  • Février: 1980, certification du Makila 1
  • Mars: 2010, premier vol du LCH

Janvier

Il y a 70 ans, janvier 1950 : Opération marketing aux Etats-Unis

 

Six mois auparavant, le Piméné a fait son premier vol sur le planeur Fouga Cyclone à Aire-sur-l’Adour. Devant la réussite technique de ce mariage, Joseph Szydlowski et Pierre Mauboussin entreprennent la promotion de l’appareil et de son moteur ; en France d’abord, mais surtout aux Etats-Unis alors premier marché mondial pour l’aviation civile. Or, du 13 au 15 janvier 1950 doit se tenir le meeting de Miami, un must auquel tous les constructeurs dignes de ce nom se doivent de participer. Ni une, ni deux, l’entreprise béarnaise et l’entreprise landaise décident d’y envoyer le Cyclone. L’expédition ne comprend que trois membres : Marcel Doret, le fameux pilote d’essai, grand spécialiste de voltige aérienne. Il n’a jamais vu le Cyclone autrement qu’en photo dans les magazines ; ensuite, le mécanicien Jules Baudet, qui a bien vu le Cyclone à Brétigny, mais ignore tout de son montage ou de son démontage ; et enfin le pilote Fred Nicole qui n’a jamais mis le pied dans cet avion…Sans compter qu’aucun de ces trois aventuriers ne parle anglais ! A l’époque, on n’a peur de rien. Après d’incroyables péripéties racontées dans le hors-série n°9 du Diffuseur, le journal de l’AAPHT, consacré à l’histoire du Piméné, le Cyclone et son moteur sont les vedettes de l’édition 1950 du meeting de Miami ! L’avion et son petit réacteur, alors une nouveauté, impressionnent tous les spectateurs qui le baptisent « The whistling glider », le planeur sifflant. Doret, Baudet et Nicole sont même faits citoyens d’honneur par le maire de Miami. Cette escapade américaine aura des répercussions majeures pour Turbomeca. En effet, à peine l’appareil rentré en France, Joseph Szydlowski reçoit des dizaines de lettres de sociétés américaines intéressées par le Piméné. Ces échanges se termineront par la vente de la licence de moteurs Turbomeca à la firme américaine Continental qui fera du Marboré le J-69 et en fabriquera 12 000 exemplaires. Ce que l’on appelle un voyage rentabilisé.

 

Février

Il y a 40 ans, février 1980 : Certification du Makila 1

 

Le 15 avril 1965 vole pour la première fois un hélicoptère militaire français qui va connaitre un vrai succès, le Puma de Sud-Aviation équipé du Turmo IIIC4 de Turbomeca. Mais cinq ans plus tard, alors que le Puma démarre sa production, l’US Army lance un nouveau programme d’hélicoptère de transport qui débouchera le 26 décembre 1976 sur le choix du Blackhawk de Sikorsky. Sentant le danger, la SNIAS, qui a remplacé Sud-Aviation, entreprend de discuter avec Westland pour contrer l’offensive US. Dès 1972, Turbomeca propose un moteur de 1730 shp basé sur une homothétie du compresseur Astazou XX. Il comporte un compresseur à trois axiaux et un centrifuge, deux turbines HP et deux étages de turbine libre, le tout dans une architecture type Turmo. Il porte alors simplement le nom de « Projet 1800 ch. ». Evidemment, les discussions franco-britanniques durent, durent…et ne débouchent sur rien. Il faut dire que les deux états sont en train de s’équiper de Puma et n’ont pas de besoin immédiat. SNIAS décide alors de lancer seule, sans marché étatique, une évolution du Puma appelée Super Puma. Début 1974, Joseph Szydlowski et Gérard Pertica, le directeur général de l’époque, décident de lancer le 1800 ch, là aussi sans marché étatique, pour accompagner Marignane. Durant l’été, Turbomeca décide de doter ce nouveau moteur d’une régulation de turbine libre électronique. Le 18 novembre 1976, désormais appelé Makila, le nouveau moteur fait sa première rotation à Bordes. Il vole pour la première fois le 4 juin 1977 à Uzein sur un Puma modifié par CGTM et le 1er septembre 1977 à Marignane sur le prototype du Super Puma. Le 27 février 1980, le Makila reçoit sa certification civile de la DGAC française, (l’EASA n’existait pas encore). Quarante ans plus tard, le Makila 1 continue d’être produit par Safran Helicopter Engines, il a même un petit frère, le Makila 2.

Mars

Il y a 10 ans, mars 2010 : Le premier vol du LCH

En septembre 1986, Turbomeca signait avec HAL en Inde le contrat de motorisation de l’hélicoptère ALH (Advanced Light Helicopter) par le TM 333-2B. Si le premier vol de l’ALH intervint en 1992, il fallut attendre 2001 pour voir la livraison des premiers moteurs de série. Entre-temps, à la suite de nombreuses péripéties, il avait fallu signer un nouveau contrat et certifier une version nouvelle, le TM 333-2B2. Mais enfin, à force de patience, le Dhruv, nom de baptême de l’ALH, entrait en service dans les forces armées indiennes. Depuis, la production du Dhruv ne s’est pas interrompue et une nouvelle version apparut en 2007, année du premier vol du prototype équipé de l’Ardiden 1H1. Cette nouvelle motorisation du Dhruv avait fait l’objet d’un contrat signé entre Turbomeca et HAL en 2003. Le Dhruv est donc une très belle réussite et un excellent programme pour Safran Helicopter Engines.

Mais HAL ne s’est pas arrêté là. Tirant profit de la mécanique développée pour le Dhruv, l’hélicoptériste indien décida de lancer une version d’attaque de cet hélicoptère. Dénommée LCH (Light Combat Helicopter), cet appareil se caractérise par un fuselage entièrement nouveau, débarrassé de sa soute arrière et doté d’un poste d’équipage biplace en tandem. Un  Tigre indien en quelque sorte. Tout naturellement, le LCH reprend la motorisation du Dhruv, deux Ardiden 1H1.

Et c’est le 29 mars 2010 que le LCH réalise son premier vol, il y a donc exactement 10 ans. Mais la patience est encore de mise ; on attend en effet toujours la mise en service de l’appareil…

Version imprimable Version imprimable | Plan du site

© AAPHT - Si vous pensez qu'un contenu figurant sur notre site est susceptible d'enfreindre vos droits de propriété intellectuelle, nous vous remercions de nous contacter en utilisant le formulaire de contact sur ce site. Nous ferons alors tout notre possible pour retirer ou bloquer au plus vite le contenu.