Association des Amis du Patrimoine Historique Turbomeca
Association des Amis du Patrimoine Historique Turbomeca

10, rue des Ecoles

64800 BRUGES

Téléphone : +33 784 09 33 68

Courriel:
contact@amis-turbomeca.com

Activités de l'association

Nous recherchons des volontaires pour nous aider dans nos activités.

Merci de nous contacter.

Si vous vous intéressez aux activités de la section de Tarnos, vous pouvez visiter leur site

Les Naviplanes équipés de moteurs Turbomeca

La SEDAM

(Société d'Etudes et de Développement des Aéroglisseurs Marins)

 

Les Naviplanes

Sur l'eau et sur les mers une ère nouvelle s'est ouverte avec la création des aéroglisseurs à coussins d'air « Naviplane » français à jupes souples et multiples. Cette technique peut révolutionner le transport rapide et commode des passagers et du fret, dans des conditions d'exploitation plus simples et plus économiques que les transports classiques. Ces navires et véhicules amphibies, de petit, moyen et gros tonnage, évoluent aussi bien sur les mers, les fleuves et les rivières, les lacs, les marais, les étendues glacées ou enneigées, les sols de consistance insuffisante pour supporter la charge conférée à des roues. Ils sont capables aussi de franchir des obstacles importants et de gravir des pentes supérieures à 10 %.

 

Une entreprise nouvelle

C'est en 1957 que l'ingénieur Jean Bertin et son équipe commencèrent leurs recherches sur les plates-formes à effet de sol. A partir de ces travaux initiaux, la Société Bertin et Cie établit, en 1959, le principe des jupes souples et de leur compartimentage.

 

En janvier 1962, le Terraplane BC4, premier aéroglisseur au monde doté de jupes souples, commençait ses essais. Depuis, les études de développement des applications du coussin d'air ont suivi trois axes principaux : l'Aérotrain et le Terraplane pour les liaisons terrestres et le Naviplane pour les liaisons fluviales et maritimes.

 

Spécialement créée pour le développement de la technique « coussin, d'air » sur l'eau, par la Société Bertin et Cie, les Chantiers de l'Atlantique (Penhoet, Loire) et la Compagnie Générale Transatlantique, la SEDAM (Société d'Etudes et de Développement des Aéroglisseurs Marins) est née Ie 9 juillet 1965. Elle devint Société anonyme en 1966. Participent à ce capital, outre les sociétés déjà citées : la SNCF, le Groupe Rivaud, la Société Faugère et Jutheau, la Société Nord-Aviation, Breguet-Aviation, la Société Hispano-Suiza, Turbomeca (filiale de la SNECMA), Kléber-Colombes et Ratier, Figeac.

 

La SEDAM bénéficie par ailleurs d'un important soutien des Pouvoirs publics. C'est ainsi que la réalisation du prototype 01 du Naviplane N300 a été financée à 50% par le ministère des Armées (Direction des Recherches et Moyens d'Essais) et le ministère de l'Equipement (Marine Marchande)

 

La SEDAM a fait appel, pour la réalisation du Naviplane N300, à un certain nombre de coopérants.

 

Les moteurs sont des turbines Turbomeca Turmo IIID de 1 500 ch. La division aéronautique et spatiale de Kléber-Colombes a réalisé les jupes souples, technique fondamentale du Naviplane. La solution adoptée pour la réalisation des jupes prototypes pourra être remplacée par d'autres solutions qui font actuellement l'objet d'études suivies de Kléber, Colombes, en coopération avec la SEDAM.

 

 Par ailleurs Kleber-Colombes a réalisé les autres éléments en tissu caoutchouté entrant dans la constitution du Naviplane : patins supportant l'appareil au repos - boudins de protection périphérique - joints des portes avant et arrière - certains capotages de la partie supérieure. La propulsion du N300 est assurée par deux hélices à pas variable Ratier-Figeac, dotées de pales spécialement développées pour cette application et d'un moyeu dérivé de celui des hélices du Breguet 941.

Par ailleurs, Ratier-Figeac a réalisé les quatre ventilateurs axiaux de sustentation. Le pas des pales est réglable à l'arrêt et chaque ventilateur est équipé d'un dispositif de variation de pas en marche, pour la régulation de la sustentation. L'ensemble des transmissions mécaniques de mouvement entre les hélices et les ventilateurs a été développé et réalisé par la Société Hispano-Suiza, à partir de la transmission mise au point pour le Breguet 941. Ce système comprend douze boites d'engrenages, dont deux renvois d'angle type Br. 941, reliées par 27 m de transmissions flexibles comportant neuf transmissions.

 

La Société l'Equipement et la Construction Electrique a fourni à la SEDAM différents accessoires de protection, de signalisation et de commandes manuelles et électromécaniques, pour le N300.

Chronologie de développement

​1957 : L'Ingénieur Jean Bertin et son équipe entreprennent les premières recherches et essais sur les plateformes à effet de sol.

1959 : A partir des résultats obtenus, la Société Bertin & Cie établit le principe des jupes souples et de leur compartimentage.

1962 : Début des essais du Terraplane BC4 premier aéroglisseur au monde à jupes souples.

1962 à 1965 : Les applications du coussin d'air sont étudiées simultanément dans trois domaines distincts : L'aérotrain sur voie guidée, le Terraplane pour les besoins terrestres, le Naviplane pour les liaisons fluviales et maritimes.

9 juillet 1965 : Pour le développement de la technique Marine, création de la société d'études et de développement des aéroglisseurs marins, terrestres et amphibies. Procédés Bertin et Cie.

1965 : Construction du Naviplane expérimental N101.

1966 : Construction des deux premiers « Terraplane BC 7 » dont l'un sera présenté à l'Exposition Internationale de Montréal et procédera à des essais systématiques au Canada.

Décembre 1967 : Premiers essais au point fixe du Naviplane N300-01 de 27 tonnes aux ateliers SEDAM de Bayonne.

Août 1968 : Fin de la période d'essais au Centre d'essais SEDAM de Berre l'Étang.

Septembre 1968 : Premier voyage en mer des N300-01 et N300-02 de Berre à Nice.

Le Naviplane N300 équipé de 2 moteurs Turbomeca Turmo III N3

Lancement officiel du Naviplane N300

Devant plus d'une centaine d'invités, Messieurs Bertin, Thomas et Marchetti, entourés de l'équipe au complet de la SEDAM et des représentants des diverses firmes ayant participé à la réalisation de cet aéroglisseur ont, au cours de la matinée du 8 janvier 1967, effectué à Bayonne la première présentation publique du Naviplane N300 en « sustentation »· L'après-midi de la même journée, cette démonstration fut renouvelée devant les officiels de la Marine Nationale : le Commandant de la Région Atlantique : l'Amiral Bozec, l'Amiral commandant Toulon, etc.

 

Les coussins d'air retenus par huit jupes circulaires type Bertin et alimentés par quatre ventilateurs ont, en moins de deux minutes, soulevé la masse totale du Naviplane à environ deux mètres du sol. La base inférieure de la jupe périphérique, celle-ci dépassant d'une dizaine de centimètres celles des huit " chambres pleines " laissait d'ailleurs entre elle et le sol un jour d'une douzaine de centimètres.

 

Première exploitation en juin 1968

Cette version Naviplane est du type bac, mais comme dans sa conception, l'appareil est polyvalent il pourra facilement se transformer en transporteur de passagers par l'addition d'une cabine destinée à recevoir environ 80 personnes. C'est sous cette forme que son entrée en service est prévue en juin prochain, à partir de Nice, pour desservir les principaux centres de la Côte. Un deuxième aéroglisseur du même type sera bientôt monté dans les ateliers de la SEDAM à Bayonne.

 

Le Naviplane N300 marque le départ de l'industrie française dans le domaine des aéroglisseurs marins ; déjà des projets d'appareils plus gros sont à l'étude, aéroglisseurs qui devront être valables aussi bien dans les domaines civils que militaires.

 

En conclusion, rappelons ce que disait M. Olivier Guichard au cours de sa visite à la SEDAM : " Il faut croire au Naviplane comme nous avons cru à l'Aérotrain. "

 

Caractéristiques et performances

Dimensions :

Longueur : 24 m.

Largeur : 10,50 m.

Hauteur : 7,50 m.

2 turbines Turbomeca Turmo III D3.

Puissance maximale unitaire : 1.500 cv.

Hélices : 2 hélices Ratier-Forest de diamètre 3,60 m.

Ventilateurs : 4 ventilateurs Bertin-Ratier de diamètre 1,95 m

Jupes : 8 jupes Kléber-Colombes hautes de 1,90 m.

 

Performances :

Poids à vide : 15 tonnes.

Poids en pleine charge : 28 tonnes.

Vitesse maximale : 105 115 km-h

Vitesse de croisière : 80 km-h.

Autonomie : 2 h 30 à 3 h.

Creux franchissables : 1.5 m.

 

 

Le Naviplane N102C équipé de moteurs Turbomeca Astazou

 

Les caractéristiques de la version de base en 1968

 

Motorisation - sustentation - propulsion

Turbomeca Turbomoteur Astazou XIV de 515 kW (700 ch) ou Turbomeca Turbomoteur Astazou II de 415 kW (565 ch)

Un ventilateur axial de sustentation à pas variable

Deux hélices carénées de propulsion a pas variable et réversible

Réglage des lacets par variation de pas des hélices

Réglage de l'assiette par ballastage

 

Nature du chargement

14 personnes : 1 pilote + 13 passagers

Combinaison passagers - fret ou tout fret

Mission marine 900 à 1 100 kg selon autonomie

Mission terrestre : avec train tricycle de roulage 1 900 à 2 100 kg

 

Equipement optionnel

Ensemble radio émetteur-récepteur HF et/ou VHF

Conditionnement d'air

Projecteur pour vol de nuit

Train tricycle de roulage pour mission terrestre ou manutention

Radar de navigation

 

Performances

Vitesse maximum en eau calme : 100 km/h (54 knts)

Vitesse de croisière en eau calme : 80 km/h (45 knts)

Vitesse sur terrain plat avec train tricycle de roulage en sustentation : 60 km/h

Vitesse sur terrain plat avec train tricycle de roulage sans sustentation : 10 km/h

Pente franchissable:  8 à 10 %

Hauteur maximum des vagues franchissables : 1 m

Largeur nécessaire pour aire d'atterrissage : 15 m

Carburéacteur : Kérosène JP 1 ou TRO

Autonomie de 3 à 4 heures (autonomie accrue par adjonction de réservoirs supplémentaires)

 

Dimensions

Longueur hors tout : 10,20 m

Largeur hors tout : 7,70 m

Largeur réduite : 3,05 m

Hauteur au sol : 3,60 m

Hauteur en vol : 4,15 m

 

Ensemble des masses

Masse à vide en ordre de marche (carburant + équipage) : 3 000 kg

Masse totale en charge normale : 4 000 kg

Charge marchande : 1 000 kg

Masse totale en surcharge (mission terrestre avec train tricycle) : 5 000 kg

Capacité de combustible : 600 litres (500 kg)

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site

© AAPHT - Si vous pensez qu'un contenu figurant sur notre site est susceptible d'enfreindre vos droits de propriété intellectuelle, nous vous remercions de nous contacter en utilisant le formulaire de contact sur ce site. Nous ferons alors tout notre possible pour retirer ou bloquer au plus vite le contenu.